photo from autumn 2006

Cette photo prise en hiver 2007 décrit parfaitement mon calvaire (même si nous sommes apparemment d'extrême bonne humeur).

Que vous frappe-t-il à première vue? Jetez un œil sur nos sorbets... Mon amie blonde n'a jamais compté les calories de sa vie ni fait de régime. Elle peut manger autant qu'elle veut, elle ne grossit pas. Alors que moi, j'avais mauvaise conscience dès que je grignotais quoi que ce soit. Impossible d'apprécier une seule boule de glace: j'essayais toujours de me contrôler parce que je voulais maigrir et que j'étais obnubilée par l'idée d'être mince. Mais ça ne changeait rien, je ne maigrissais pas. Je suis aujourd'hui convaincue que c'était dû à l'inertie de mon métabolisme (quant au brûlage des graisses).

Quelles sont les conséquences du surpoids ?

200 000 personnes environ meurent chaque année des suites de l’obésité et ce, uniquement en Europe occidentale. Dans les cas extrêmes, l’obésité peut réduire la durée de vie de dix ans.

Le risque de maladies secondaires est bien plus élevée chez les obèses que chez les personnes minces. Ainsi, les taux élevés de cholestérol, de tension artérielle, les maladies liées au diabète et les maladies cardio-vasculaires surviennent beaucoup plus tôt. À côté de toutes ces conséquences sur la santé qui résultent de leur obésité, les personnes concernées doivent aussi vivre avec le fait que leur position sociale autant que leur image dans la société s’affaiblissent. Bien souvent les personnes en surpoids sont considérées comme étant démesurées et paresseuses.

Toutefois on ne devrait en aucun cas modifier de sa propre initiative la médication prescrite par le médecin; bien au contraire, il faut toujours parler avec son médecin traitant de son intention de suivre un régime.

Si cependant vous réussissez à maigrir, ceci a une influence nettement favorable sur ces maladies secondaires qui en partie se retrouvent même annulées. Il existe aussi des études selon lesquelles (en combinaison avec d’autres mesures telles que le renoncement à la nicotine, plus de mouvement entre autres) maigrir s’avère être la meilleure solution face aux diverses thérapies médicamenteuses, par exemple lors du traitement des personnes en surpoids atteintes de diabète. Toutefois on ne devrait en aucun cas modifier de son propre chef la médication prescrite par le médecin, bien au contraire, il faut toujours parler avec son médecin traitant de son intention de suivre un régime.

Cependant toutes les douleurs ne vont malheureusement pas disparaître complètement suite à la perte de poids : les dégâts vasculaires (artériosclérose) ou articulaires dus à la surcharge (arthrose) demeurent, mais au moins ils ne vont pas en s’empirant.

 

retour à la page d'accueil